VII. Les Problèmes de Circulation.


Malgré une période d'utilisation de près de 3 ans, le 1,50 francs brun n'a eu que très peu de périodes "normales" d'utilisation, c'est à dire d'utilisation sans restrictions de circulation. Dans cette période de guerre, nombreuses ont été les raisons, matérielles ou politiques, qui ont fait que le courrier ne pouvait pas relier certaines villes de France vers l'étranger, ou même, deux villes de France entre elles.

La Ligne de démarcation.

Dès sa mise en circulation, le 1,50 brun, arrivait dans une France dont les frontières étaient déjà fortement modifiées. A la suite de l' Armistice signée le 22 juin 1940 à Rethondes, la France fut divisée en deux "Zones" à partir du 25 Juin.

Une ligne de démarcation allant de Gex (frontière Suisse) à Arneguy (frontière Espagnole) délimitait une zone occupée au Nord et une zone libre au Sud. Conséquence postale de ce découpage, les échanges de courrier entre les deux zones sont officiellement suspendus le 1er Août 1940. Seules seront autorisées les " cartes postales de correspondance familiale " dites cartes " interzones ". Les lettres affranchies au tarif normal d' un 1,50 francs brun, ne pourront circuler qu'à l'intérieur de chacune des zones, mais, en aucun cas traverser la Ligne de démarcation.

Fig. 1 - La France coupée en deux

Seule exception, le courrier officiel qui est expédié de Vichy à destination de la zone occupée, transite à Paris où ils reçoit au passage le cachet du " BUREAU du COURRIER OFFICIEL"

Affranchissement "Courrier Officiel" du 30 janvier 1943

La libre circulation du courrier entre les deux zones ne sera rétablie que le 1er Mars 1943. en fait, toute la France est alors occupée par les Allemands depuis Novembre 1942.
Les lettres imprudemment adressées d'une zone vers l'autre, seront revêtues de cachets divers (Inadmis, Inacheminable etc..) et retournées à leurs expéditeurs.
Jusqu'à l'occupation de la Zone libre par les Allemands, ses relations postales avec la Grande Bretagne furent maintenues. La France Libre utilisait pour son courrier venu de métropole, une adresse de camouflage: la boîte postale n 244 ( P O BOX 244 ).

L'Alsace et la Lorraine

D'autre part, l' Alsace ( Haut-Rhin et Bas-Rhin ) et la Lorraine ( Moselle ) avaient été annexées au Grand reich le 7 août 1940. Elles étaient donc, d'un point de vue postal, considérées comme " Pays Etranger " et le courrier devait, de ce fait, être affranchie en conséquence ( 2,50 francs jusqu'au 5 Janvier 1942, puis 4,00 francs ensuite ).
Les adresses seront libellées en Allemand ( Elzass pour Alsace, Lothringen pour Lorraine ) .

La Corse

Un autre phénomène postal particulier se produisit pour la Corse.

Septembre 1943, c'est le débarquement allié en Corse. Dès le 9, les communications postales avec le continent furent interrompues . ( Griffe : RETOUR A L'ENVOYEUR RELATIONS SUSPENDUES ). L' île sera définitivement libérée le 6 Octobre.

Un premier problème consistait à décider quel sort serait réservé aux timbres à l'effigie de Pétain. Certains journaux corses réclamèrent la mise en service de timbres spéciaux pour la Corse libérée. Ils ne furent point suivis dans leur idée. L' approvisionnement n' étant plus assuré, ces timbres courants commencèrent à s'épuiser, et il fut décidé d'utiliser les timbres algériens ( imprimés en France ! ) pour le courrier corse. Le premier jour de vente fut le 6 Décembre 1943. Le timbre le plus utilisé fut le 1,50 rouge carminé ( ref. Yvert 191 ). On trouve aussi le 3f bleu ( ref. Yvert 194 ).

Affranchissement mixte France / Algérie utilisé en Corse

On trouve des affranchissements mixtes comprenant le 1,50 Pétain brun et un timbre Algérien oblitérés en corse à destination de la Corse ou de l' Afrique du Nord. Il existe de nombreux plis "philatéliques", mais ceux qui ont vraiment circulé sont très recherchés. (Recommandés, Marques de Censure.....)

Les relations postales furent rétablies à la libération de la France.

Valeurs des différents documents :
Lettre avec Inadmis ( Ligne de démarcation ) 15 €
Lettre avec affranchissement "étranger" pour l'Alsace ou la Lorraine 20 €
Lettre avec 1f50 Brun + Algérie 1f50 Armoiries ( Par Avion ) 150 €
Lettre avec 1f50 Brun + Algérie 3f00 Armoiries (Recommandée) 200 €


Les Débarquements

Débarquement en Afrique du Nord:

Dans la nuit du 7 au 8 Novembre 1942 les alliés débarquent en Afrique du nord. Les relations postales seront suspendues avec les colonies françaises.

Lettre de Marseille pour Alger le 11 novembre 1942.
Griffe "Retour à l'envoyeur. Acheminement impossible".

Débarquement en Normandie:

6 Juin 1944 .Opération Overlord. Les alliés débarquent sur toutes les plages de Normandie. Le trafic postal sera perturbé pendant quelques jours dans toute cette région.

Débarquement en Provence:

15 Août 1944 .Opération Dragon. Débarquement des alliés en Provence sur les plages de Cavalaire, Sainte-Maxime, Pampelone. Le 17 Août les Américains entrent à Draguignan, les français à Salernes, Brignoles et Cuers. Toulon ne tombera que le 27, Marseille le 28.

Dans le cas des ces 3 débarquements ( ainsi que dans celui, particulier, de la corse évoqué précédemment ), les relations postales sont suspendues pendant quelques temps avec les régions concernées. Le courrier en cours d'acheminement est traité, dès que le service postal reprends, souvent sous le contrôle des autorités de Libération, qui peuvent y apposer leurs marques de censure. Le courrier expédié ulérieurement à destination de ces régions, ne sera pas acheminé et retourné à son destinataire recouvert de différentes griffes indiquant les problèmes d'acheminement.


La Démonétisation

Les surcharges de la Libération avaient permis aux français, devenus hostiles au Maréchal Pétain, de masquer , sur leur correspondances, un visage qu'ils ne voulaient plus voir. Ces surcharges ayant été interdites ( voir chapitre VIII La libération ), il n'était plus question d'utiliser ces vignettes qui rappelaient trop le régime de Vichy, maintenant déchu.

Un décret rédigé le 7 août 1944, à Alger, par le Gouvernement Provisoire, stipule :

' Article 1 - Les timbres-poste et autres valeurs fiduciaires postales émises par l'autorité de fait dite "Gouvernement de l' Etat Français", cesseront d'être valables pour l'affranchissement des correspondances et leur utilisation est interdite '.
Les modalités d'application de cette mesure sont édictées et réglées par l'arrêté du 26 Septembre 1944 qui fixe au 1er Novembre 1944 la date de cessation de validité : ................

' Article 2 - Ces envois irréguliers seront, selon le cas, retournés à l'expéditeur ou versés au rebut après avoir été revêtus de la mention NON ADMIS.'

( La mention utilisée sera, en fait, le plus souvent : INADMIS).

Tous les timbres à l'effigie du maréchal pétain sont donc, fait rarissime, démonétisés, y compris ceux revêtus d'une surcharge de la Libération.

Une note du 3 octobre 1944 précise les règles d'échange des figurines :

' Il sera possible d'échanger des figurines d'une valeur contre d'autres valeurs que celles présentées à l'échange, pour le même montant bien entendu. Les entiers postaux ne pouvant être échangés que contre des entiers de même valeur de vente. Les timbres égrenés devront être collés sur feuilles de papier, par les soins du déposant et présentés ainsi à l'échange.'

En pratique, l'arrêté du 26 Septembre sera très diversement appliqué et les plis datant de cette époque se présentent donc sous plusieurs formes:

1 ) Les lettres qui sont " passé au travers " de cette interdiction et qui ont été, grâce à l'indulgence (ou la négligence ?) de certains postiers, délivrées sans être sanctionnées .
2 ) Les lettres taxées ( généralement à 3frs, double de l'affranchissement insuffisant) mais délivrées à leurs destinataires.

Timbre non oblitéré, lettre taxée.

3 ) Les lettres renvoyées à leurs expéditeurs. Griffe " RETOUR A L'ENVOYEUR ".

Timbre non oblitéré, cachets "Inadmis" et "Retour à l'envoyeur".

4 ) Les lettres ouvertes et mises au rebut ( pas d'indication de l'expéditeur ).
Griffe ou Papillon " LETTRE TOMBEE EN REBUT et ouverte conformément à la loi ".

Les 3 derniers types sont, généralement revêtues de la griffe ou d'une mention manuscrite "INADMIS", du T dans un triangle pour Taxe et le timbre est entouré au crayon mais non oblitéré (l'oblitération est appliquée à côté du timbre).

Valeurs des différents documents :
Lettre oblitérée du 31/10/44 (Dernier jour d'utilisation) 20 €
Lettre ayant normalement voyagé après le 1/11/44 15 €
Lettre taxée et délivrée à son destinataire 25 €
Lettre avec INADMIS et RETOUR à l'envoyeur 50 €
Lettre tombée en rebut 100 €

Les valeurs sont données pour des lettres de bonne qualité avec les différents cachets ou griffes bien marqués et dates bien lisibles. Celles oblitérées du 1er jour d' interdiction ( 1-11-44 ) sont beaucoup plus recherchées et leur prix est donc à majorer .


Les Poches de l' Atlantique

Après le débarquement en Normandie du 6 Juin 1944, les Alliés progressèrent vers le Sud et vers l'Est, libérant de nombreuses villes Françaises. Ils laissèrent à l'Ouest des zones occupées par les Allemands dont la retraite vers l'Allemagne était coupée.
C'est ce que l'on appela les " Poches de l'Atlantique ".

SAINT-NAZAIRE

Les Allemands résistèrent encore dans la région de Saint-Nazaire, et ne se rendirent que le jour de la capitulation le 8 Mai 1945.

Saint-Nazaire étant détruit, c'est La Baule qui devint Direction Régionale des PTT. Pour suppléer à l'absence de timbre on se servit de différents moyens de fortune. Les timbres à 1Fr50 furent utilisés au-delà de la date de démonétisation (1/11/44).

A partir de Février 1945 la direction de La Baule autorisa les bureaux à percevoir l'affranchissement en espèce et à mettre la griffe " TAXE PERCUE " sur les lettres. Les affranchissements partiels recevaient la griffe sur les timbres.

La griffe "TAXE PERCUE"

Quatre bureaux furent autorisés à se servir de cette griffe. Par ordre de date ce furent les bureaux de :

  • La Turballe (19 Février 1945)
  • Batz-sur-Mer (28 Février 1945)
  • Guérande (19 Mars 1945)
  • Piriac-sur-Mer (24 Mars 1945)

En Mars 1945 le receveur des Postes et le représentant de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, (repliée à La Baule) autorisent, par arrêté en date du 30 Mars, la Chambre de Commerce, à émettre, à ses frais, deux vignettes, pour servir à l'affranchissement des correspondances, dans la limite de l'arrondissement de Saint Nazaire occupé. Le tarif de la lettre étant de 2 Frs, depuis le décret N 45.289 du 22 février 1945, les vignettes furent émises, l'une à 2 Frs l'autre à 50 centimes en complément des 1,50Frs encore disponibles.

Timbre et vignette 50c surchargés "LIBERATION"

Vignettes émises le 9 Avril 1945.

Lors de la rédition des troupes allemandes, le sous-préfet autorisait, par arrêté du 8 mai 45, le service des Postes à apposer la surcharge "Libération" sur tous les timbres en stock dans les bureaux de Poste. Utilisée à la Baule du 9 au 11 mai et du 12 au 14 dans les bureaux éloignés.

Valeurs des différents documents :
Lettre avec 1,50 (1 ou 2) surcharge TAXE PERCUE 50 €
Lettre avec 1,50 + Vignette 50c Ch. Commerce 150 €
Idem avec surcharge LIBERATION 200 €
Lettre avec 1,50 seul surchargé LIBERATION 150 €
Lettre recommandée avec vignette 2 Frs et différentes combinaison de timbres à 1,50 Fr 150 €

Pour plus de détails, voir la page spéciale consacrée à la Poche de Saint-Nazaire.