V. Les Faux.


Le Faux F.F.I.

Ce timbre fut émis par la Résistance française en Janvier 1944 pour éviter d'avoir à acheter des timbres à l'Etat Français pour l'affranchissement de ses journaux et de ses tracts clandestins. Il devait aussi éviter que les résistants ne se fassent repérer lors de l'achat massif de timbres dans les bureaux de poste.

Ce timbre fut créé de toute pièce par un personner sans qualification, et fabriqué sur une machine d'imprimerie du type "Phoenix".
C'est la dentelure qui posa le plus de problèmes. Les premiers essais furent faits sur une ... machine à coudre. Puis on utilisa une vague "machine à perforer". La dentelure est de 11 1/2 au lieu de 14 sur le vrai.

Le Faux F.F.I. Un Vrai

Il y eut, évidement, quelques variétés de piquage :

Non dentelé env. 9.600 pièces (100 feuilles)
Non dentelé verticalement env. 576 pièces (6 feuilles)
Non dentelé horizontalement env. 576 pièces (6 feuilles)
dont 2 feuilles comprenant une seule rangée du bas non dentelée.
Dentelure défectueuse (1 dent sur 2)   192 pièces (2 feuilles)

L'encre, le papier et la colle furent d'autres handicaps en ces temps de pénurie.
Le problème de la gomme fut vite résolu : Les timbres ne furent pas gommés ! Ils étaient collés, à la colle, au moment de leur utilisation.
Le papier est de mauvaise qualité (fin) mais blanc!
L'encre utilisée donna des résultats variables :

du Brun clair (R) (tirage 28.800)
au Brun foncé normal
au Brun noir (RR) (tirage 9.600)
au Brun rouge (RRR) (tirage 4.800)

Ces timbres se présentent en planches de 96, divisées en 4 blocs de 25 séparés par une bande inter-panneau.
Le tirage est d'un peu plus de 10.000 feuilles.
Il fut réellement utilisé, sur lettre, du 25 janvier au 30 mai 1944.
Les 10.000 feuilles restantes, furent ensuite mises à l'abri au Musée de la Guerre, et furent vendues lors de l'Exposition de l'Atelier des Faux à Paris le 28 décembre 1944, revêtues, au dos du cachet "Atelier des Faux - Défense de la France".
Le 12 Novembre 1945, une autre exposition eut lieu à Bruxelles. A cet occasion furent émis deux feuillets spéciaux .

Valeurs des faux FFI :
Faux FFI 1,50 €
Bloc de 24(quart de feuille) 40,00 €
Feuille entière de 96 timbres 150,00 €
Faux FFI surchargé "SPECIMEN" 20,00 €
Idem, en bloc de 4 80,00 €
Sur lettre de 100,00 à 200,00 €
Non dentelé 10,00 €
Non dentelé en bloc de 4 40,00 €
Non dentelé vertical 15,00 €
Feuillet de l'exposition 15,00 €
Grand feuillet de l'exposition (avec timbres belges) 30,00 €


Le Faux INTELLIGENCE SERVICE (ou faux de Londres)

De ce faux timbre on ne sait pas grand chose. Il aurait été imprimé, à Londres, pour servir aux parachutistes envoyés en France.
On ne sait qui a donné l'ordre d'emettre ces timbres, ni quelle imprimerie a réalisé le travail. Les feuillets auraient étés vendus aux enchères après le départ du général De Gaulle pour l'Afrique du nord. Deux négociants anglais auraient acquis le lot complet.

L'impression de ces timbres est remarquable. Ils sont plus beaux que les vrais.
Le papier est très blanc.
Ils ont été tirés en feuillets de 20 timbres.
Il existe des non-dentelés.

Le Faux I.S. Un Vrai

 

Valeurs des Faux de Londres :
Faux de Londres 20,00 €
Feuillet de 20 timbres 400,00 €
Non dentelé 100,00 €


Le Faux de Gaulle de NICE

Le réseau de résistance "COMBAT", dans les Alpes-Maritimes, eut l'idée, en 1943 dans le cadre de la guerre psychologique, de remplacer l'effigie de Pétain sur le 1Fr50 brun par celle du général De Gaulle

L'idée avait été émise par Rossi, chef d'un service de renseignements clandestins. Elle fut reprise par Jean Constant et "Baton", chefs départementaux du mouvement "Combat" des Alpes Maritimes.
La maquette fut réalisée par "Dautel", "Robert" et "Joubert" comme dessinateurs, et "Boggio" comme photographe.
La photogravure et la mise au point de la planche furent réalisés par Robert Thivin, fusillé, par la suite, par la Gestapo.

Un premier tirage fut réalisé à l'Imprimerie "Champamon", rue du Rocher, Nice (2000 feuillets, perdus).
Le second tirage par l'Imprimerie "Pontara", 52 rue Lamartine, Nice.

Le tirage a été réalisé en feuillets de 9 timbres (3 x 3)
Le papier varie du blanc-jaune au gris, la teinte de brun-rouge au chocolat.
De nombreux plis furent affranchis et expédiés entre le 22 et le 30 Juillet 1943 dans le sud-est.
Il existe des blocs non-dentelés, ainsi que des blocs mal dentelés (1 dentelure verticale seulement, etc..)

Valeurs des Faux de Nice :
Brun Clair 15 €
Brun Foncé 15 €
Sur lettre de 100 150 €
Bloc de 9 150 €
Non dentelé 30 €
Bloc de 9 non dentelé 300 €
Non dentelé sur lettre 350 €

Attention aux retirages effectués, plus tard.
(Tirage Offset de bonne qualité. aurait été réalisé par Mr Couturier Négociant de la rue Drouot dans les années 50)


Le Faux de Gaulle de MARSEILLE

Le Faux De Gaulle de Marseille
entre deux vrais Pétain

Dès 1942, un réseau de la résistance marseillaise décida de frapper un grand coup et d'émettre un timbre à l'efigie du Général de Gaulle pour expédier des lettres d'intimidation et de menace aux "collaborateurs de la région.
Le dessinateur de l'équipe réalisa une maquette très réussie. Un employé d'un grand quotidien réalisa un cliché et l'impression débuta.

Astucieux, ces résistants décidèrent d'utiliser la bande blanche centrale des vraies feuilles de 100 qui avait la même dimension que les timbres.
Cela permit d'utiliser le même papier que les vrais, et ils étaient déjà gommés!
Pour l'entrainement du papier, sur la machine d'impression rudimentaire, il fallait laisser les deux bandes de 10 timbres entourant la bande centrale.
C'est pourquoi le faux de Marseille fut toujour imprimé entre deux vrais timbres (Pétain, 19 valeurs, ou Mercure, 4 valeurs)

Ces timbres, qui ne furent tirés qu'à 2.500 exemplaires, furent mis en circulation dès le début de l'année 1943. Toutefois, comme les plus acharnés Résistants s'en servirent pour adresser des menaces à certaines hautes personnalités, et même à des membres de la Gestapo, cela entraîna plusieurs enquêtes et valut de nombreuses circulaires de l'Administration des P.T.T. et du directeur des services de la région de Marseille. La principale, du 17 août 1943, de ces circulaires fut ainsi libellée :

Secrétariat Général des P.T.T.
REGION DE MARSEILLE
 
Circulaire Régionale N 93 du 17.8.1943
Direction des Services Postaux
SERVICE POSTAL

B. 131/DR. 93/1943 - TIMBRES POSTES CONTREFAITS --

Il m'a été signalé que des plis affranchis avec des timbres-poste frauduleux qui imitent la figurine courante Maréchal Pétain à 1 fr. 50, l'effigie du Maréchal étant remplacée par celle d'un autre Général, ont été trouvées récemment dans plu-sieurs boîtes, ou décelés par dans les services d'acheminement de divers départe-ments de la Région.

Les vignettes dont il s'agit bien que revêtues de l'indication d'une valeur ne possèdent aucun pouvoir d'affranchissement.

En conséquence, il convient de considérer les plis qui en sont revêtus comme non affranchis et de les soumettre à la double taxe.

En aucun cas, les dites vignettes ne devront être oblitérées.

Sur les 2500 triptyques (environ 800 entre deux 1F50 brun), plus de 2000 furent séparés et expédiés.
Les rescapés sont donc rares !

Valeurs des Faux de Marseille :
Triptyque du 1Fr50 (N°16) 500,00 €
Timbre seul 250,00 €
Paire tete-Beche 750,00 €
Timbre seul sur lettre de 300,00 à 800,00 €
Triptyque sur lettre de 3000,00 €